Notre hymne national /nos hymnes nationaux

africapride2Chez nous comme ailleurs, l’Hymne National est un chant patriotique, un chant de ralliement. Il fédère une nation, un pays. Le nôtre c’est « OH CAMEROUN BERCEAU DE NOS ANCÊTRES » du moins c’est ce que j’ai appris à la SIL. Je l’ai sacralisé aussitôt (d’ailleurs il était interdit de marcher, bouger, se gratter, tousser ou faire quoique se soit pendant son exécution). Même si je ne comprenais pas le sens des paroles, je savais que c’était important, empreint de majesté et de grandeur. Et qu’on devait le même respect aux couleurs national (Drapeau) qu’à l’hymne. Plus grand enfin saisies les paroles (anciennes et nouvelles version) et surtout apprécié son exécution. Je l’ai jamais autant aimé que quand il est chanté dans l’antre de MFANDENA à Yaoundé avant un match des « Lions Indomptables » par plus de 80 000 Camerounais à la fois. Le sentiment d’appartenir à un pays, et la fierté d’en être un citoyen ne m’ont jamais semblé plus évident qu’à ce moment là.

En grandissant cependant aussi, j’ai découvert que le Cameroon heu Cameroun est officiellement bilingue (Français et Anglais). Cet héritage de la colonisation de notre passé (le Cameroun n’a jamais été une colonie, mais un protectorat Allemand, puis un pays sous mandat de la SDN confié à la France et de la Grande Bretagne, avant d’être un pays sous tutelle de l’ONU, tutelle exercée par les mêmes français et anglais) nous a donné des versions anglaises et françaises pour toutes choses officielles. La devise du pays est par conséquent PAIX – TRAVAIL – PATRIE en français et PEACE – WORK – FATHERLAND en anglais (même si l’on peut se demander si PEACE LABOUR FATHERLAND n’était pas plus approprié). Ce bilinguisme des choses quoique qu’un peu lourd ne m’a jamais vraiment gêné jusqu’au jour ou j’ai découvert que le « Ô CAMEROUN BERCEAU DE NOS ANCÊTRES » n’avait rien à voir avec le « O CAMEROON, THOU CRADLE OF OUR FOREFATHERS ».

Le Cameroun a en fait 2 Hymnes complètement différents. Comment cela est possible ? Sommes-nous encore deux pays ? La fédération n’a t-elle pas vécu? n’a t-elle pas emmené avec elle les vestiges de la décolonisation? personne n’a jamais pensé que cela était mal ?  SCANDALE, INCONGRUITÉ, LAXISME. Dans ce pays ou le provisoire devient définitif, personne n’aura eu le courage de trancher la question?

Les paroles d’un hymne national sont sacrées à mon avis. Ce chant symbolise et incarne le pays. Il ne saurait par le seul truchement de la langue utilisée porter des messages différents. Cette prise de conscience m’a choqué au plus haut point. Dégouté même. Cette découverte a été la première ride, le premier accroc, le premier non-sens que j’ai trouvé à notre édifice national. Ces hommes dont nous avons chanté la gloire André MBIDA, Charles Atanganna,  AHIDJO, JOHN NGU FONCHA, TANDEM MUNA, PAUL BIYA, etc. Ces hommes qui ont bâti ce pays, ont-ils été incapables de comprendre que nous sommes un seul état ? une seule nation? Qu’un seul hymne, une seule devise et un seul drapeau sont le maximum nécessaires pour nous définir. N’ont-ils pas compris que pour nous autres, nés après la réunification, nous aurions du mal à comprendre qu’un pays unifié puisse avoir deux hymnes différents ? DE comprendre que de Bakassi à Mfandenna, les camerounais ne vibrent pas à l’unisson quand l’hymne est chanté? ABOMINATION comme dirait mon frère de BUEA.

Les Républiques, les législatures et les gouvernements depuis l’indépendance se sont succédés, sans que jamais personne ne change cette INCONGRUITÉ. Personne c’est trop dire à vrai dire dis donc. Si les décideurs font silence, le peuple certains camerounais se sont penchés souvent sur la question, avec comme moi le sentiment d’un non sens, d’une aliénation. Le Dr Thomas Théophile Nug Bissohong par exemple dans son essai intitulé « L’hymne national du Cameroun : Un poème-chant à décoloniser et à réécrire, relectures critiques et perspectives » donne en 94 pages sa compréhension de la chose. Je suis d’avis avec lui quand il dit et je cite : « On ne peut pas faire silence sur une situation aussi grave. Une juxtaposition de deux hymnes dans un même pays. C’est un sujet qui nous interpelle tous ». Le livre est également bien documenté. Il revient sur les différentes versions et ses traductions, de 1928 à nos jours. Allant plus loin, Dr BISSOHONG critique vertement le travail de Bernard FONLON auteur en 1978 de la traduction du Français vers l’anglais de l’Hymne National du Cameroun qui a accouché des Deux Versions de l’Hymne qui m’ont fait déchanter au sujet de mon pays.  Le lecteur avide d’une source plus officielle peut lire « Histoire de l’emblème, de la devise, de l’hymne et de la fête nationale du Cameroun ».

Je ne saurais cependant clore mon propos sans prendre position. la version française de notre hymne me parait aujourd’hui bien fade au vue de notre l’histoire. Les sacrifices consentis pour bâtir cette nation n’y ressortent pas. la valeur sacrée de notre sol, qui a bu le sang de ces fils tombés au champ d’honneur de la liberté, de l’indépendance, de notre droit de disposer de nous même, y est inexistante.

Cet hymne a été fait pour rallier les camerounais sans fâcher le colonisateur la Tutelle. Quand le brief est mauvais, l’objectif ne peut être atteint. L’on comprend mieux Bernard FONLON qui n’a gardé dans sa traduction que le premier vers de la version française. Cela donne a peu près ceci en français traduction WT :

 Ô Cameroun, berceau de nos ancêtres,
Sanctuaire ils reposent maintenant,
Leurs larmes, leurs sangs et leurs sueurs ont arrosé ce sol comme de l’eau,
de part tes collines, tes vallées. ce travail n’a pas décru.
Chère Patrie, d’une valeur inestimable
Comment pourrons-nous jamais te payer notre dette ?
Ce bien-être que nous aurons par le labeur, l’amour et la paix,
Sera vrai en ton nom à jamais !

chorus:
Terre de promesses, terre de gloire!
Toi notre seul refuge magasin source de vie et de joie,
à toi honneur et le dévouement,
Et notre profonde affection pour toujours.

Du fleuve Chari aux méandres du Moungo
Le long des berges de l’humble rivière Boumba,
Puisse tes fils être en étroite union autour de toi,
Puisse leur équipe union être aussi puissante que la montagne de Buea ;
Apprends nous l’amour des voies nobles,
Le Regret des erreurs du passé;
La fidélité loyale envers la mère Afrique,
Ceci devra rester vrai dans vos cœurs jusqu’à la fin des temps.

Cette version me parle plus de mon pays, de son histoire jadis sanglante, des luttes pour la liberté, de son aspiration à mieux, de la réconciliation et de l’union de ses fils, de la mémoire vivante du passé, de l’attachement à l’Afrique et de l’avenir que nous affronteront désormais unis.

Au delà des considérations, des aspirations, des tendances, des opinions, il faudrait un jour arriver à un seul hymne, pour un seul peuple. Ceci est la théorie de la chose. Mais pour que cela arrive il faut agir. :

1 – UNE LETTRE OUVERTE AUX PRESIDENTS, du Sénat. du Parlement, de la Cours Constitutionnelle, de la République, etc… (aux autres candidats à la magistrature suprême également). Cela dès 2015 et leur proposer d’ajouter à leurs réalisations cette œuvre qui viendra parachever notre unité.

2 – Une pétition en ligne

3 – Un lobbying auprès des Sénateurs et Députés

4 – Etc..

 Documentations ::

VERSION FRANÇAISE DE l’HYMNE
Ô Cameroun berceau de nos ancêtres,
Va debout et jaloux de ta liberté,
Comme un soleil ton drapeau fier doit être,
Un symbole ardent de foi et d’unité.
Que tous tes enfants du Nord au Sud,
De l’Est à l’Ouest soient tout amour,
Te servir que ce soit le seul but,
Pour remplir leur devoir toujours.

Chorus:
Chère Patrie, Terre chérie,
Tu es notre seul et vrai bonheur,
Notre joie, notre vie,
En toi l’amour et le grand honneur.

Tu es la tombe où dorment nos pères,
Le jardin que nos aïeux ont cultivé.
Nous travaillons pour te rendre prospère,
Un beau jour enfin nous serons arrivés.
De l’Afrique sois fidèle enfant
Et progresse toujours en paix,
Espérant que tes jeunes enfants
T’aimeront sans bornes à jamais.
Chorus
VERSION ANGLAISE DE L’HYMNE
O Cameroon, Thou Cradle of our Fathers,
Holy Shrine where in our midst they now repose,
Their tears and blood and sweat thy soil did water,
On thy hills and valleys once their tillage rose.
Dear Fatherland, thy worth no tongue can tell!
How can we ever pay thy due?
Thy welfare we will win in toil and love and peace,
Will be to thy name ever true!

Chorus:
Land of Promise, land of Glory!
Thou, of life and joy, our only store!
Thine be honour, thine devotion,
And deep endearment, for evermore.

From Shari, from where the Mungo meanders
From along the banks of lowly Boumba Stream,
Muster thy sons in union close around thee,
Mighty as the Buea Mountain be their team;
Instil in them the love of gentle ways,
Regret for errors of the past;
Foster, for Mother Africa, a loyalty
That true shall remain to the last.
Chorus
TRADUCTION ANGLAISE DE LA VERSION FRANÇAISE ACTUELLE
O Cameroon cradle of our ancestors,
Go, upright and jealous of your freedom.
As the sun, let your flag be proud,
A symbol of ardent faith and unity,
May all your children,from North to South
From East to West, live in love!
May serving you be their sole purpose
To fulfill their duty forever.

Chorus:
Dear Fatherland, dear land,
You are our only true happiness.
Our joy, our life
To you, love and the greatest honor.

Thou art the grave where our fathers sleep,
The garden that our ancestors have cultivated.
We work to make you prosperous
One good day we will finally get there.
Be Africa’s faithfull child
And always advance peace
Hoping that your children
Love you without limit forever.
Chorus

Publicités

15 réflexions sur “Notre hymne national /nos hymnes nationaux

  1. Je n’ai jamais vraiment compris le sens de notre hymne en fait. Et cela autant en anglais qu’en français. Ton pamphlet est un appel franc à la reflexion. Comment comprendre qu’on veuille inculquer des valeurs patriotiques et l’envie de se decarcasser pour son pays si les emblèmes eux mêmes sont flous? Et avec ça, vous demandez aux lions de se battre pour leur pays. Neanmoins ça n’excuse pas tout, surtout pas le big 9 national (fallait que je le dise).

    Aimé par 3 personnes

  2. « Stolen Identity » associé au nom Spilberg, çà ferait recettes au box office. Pourtant, çà reste la réalité d’ un peuple dont le quotidient de la majorité est tricoté de courage, labeur pénible, pauvreté. Les expressions « se battre comme un lion » ou « se battre comme un acteur », sont bien répandues, mais connaître son identité et par suite son héritage est bien plus utile. Osée 4:6 « Mon peuple périt faut de connaissance »

    Aimé par 1 personne

  3. Wow, eh ben, tout ce que je peux dire c’est que le Cameroun/Cameroon est UN et restera UN. Quelque soit son passé (on a tous un passé tout comme chaque pays a un passé) et quelque soit son présent, tant qu’on s’obstinera à le voir diviser et à le diviser dans nos têtes sous quelques prétextes que ce soit (« je suis réaliste, je dis la vérité, etc.., les raisons ne manquent jamais), l’unité parfaite ne sera que plus difficile. Pas parce qu’elle est impossible, parce que tout le monde n’y met pas du sien et préfère regarder derrière que de garder le regard fixé vers l’avant.

    Pour ce qui est de l’hymne national, je dirai tout simplement que traduire n’a rien à voir avec « un mot-à-mot »; mais il s’agit de rendre dans une langue un MESSAGE véhiculé dans une autre, TOUT EN EPOUSANT LES EXIGENCES GRAMMATICALES, STYLISTIQUES, SEMANTIQUES ET LINGUISTIQUES (bref le génie) de la langue dans laquelle le message est traduit. Les mêmes mots n’ont certes pas été utilisés dans les deux versions de l’hymne national, mais le message d’une patrie unie, construite sur les souffrances de ses ancêtres ayant combattus pour sa liberté et d’une patrie fière de son identité est bel et bien resté.

    Alors, NON, le Cameroun/Cameroon n’a pas deux hymnes nationaux à mon humble avis.

    Aimé par 2 personnes

  4. ça alors ! j en reste bouche bée , je n’ai jamais su que les deux versions étaient si différentes…et pour tout dire la version anglaise je la chantais à l’école primaire et au lycée juste par automatisme…tout comme la version anglaise. Également je ne suis pas d’accord avec Nath! Faire une traduction la plus rapprochée d’un texte d’un langue à une autre n’en donne néanmoins pas 2 versions quasiment différentes comme dans la cas présent. Et je crois à mon humble avis que cette « différence » es plus au moins visible aux travers des 2 communautés qui vivent dans la pays. On a a l’habitude de taxer les « anglo » de plus « radicaux » sr certains sujets « nationalistes » et « patriotiques », l’amour et la défense des idéaux du pays semble être très « importants » de leur coté, ce que nous les « franco » gagneraient à imiter… bon bref si j’ai un hymne au quotidien qui ne me parle pas du sacrifice consenti par d’autres pr que nous en arrivions là il est clair que ds mon quotidien je ne me sente même pas interpellé son bien être! Parlant meme seulement de cette hymne , combien sommes nous en a connaitre els auteurs et les circonstances de sa rédaction? Le « sentiment patriotique »on l’enseigne, on le cultive et on se l’approprie…

    Aimé par 2 personnes

  5. Euh non… les deux sont radicalement différents même en considérant la stylistique enfin quoi ça revient à dire que Adidas et Nike c’est pareil vu que les deux vendent des chaussures. L’histoire de nos ancêtres qui se sont battus n’est absolument pas contée de la même façon dans les deux versions. C’est vraiment étrange, merci pour le papier !

    Aimé par 1 personne

  6. Ce texte est trop enquiquineur pour moi, et pour ne pas rencherir sur vos pensées auxquelles j’accorde entière véracité, je dirais juste qu’il est important de nous souvenir, d’aussi loin que ceci nous est possible, et si cela nous a déjà été raconté, de la situation qui prévalait aux moments :
    – de la création de l’hymne que je qualifierais de « fierté »
    – de l’adoption du « ramassis esclavagiste » visant à laver le cerveau de nos credules et ô combien demunis parents
    pour que nos dirigeants et les ennemis en arrivent à nous faire porter, crier, chanter, bref être fiers de « ça »… une fois de plus « on » s’est moqué de nous, et on s’en rend compte assez tard(?)
    en arrivent

    Aimé par 1 personne

  7. je me rends compte en te lisant que je ne me suis jamais vraiment penché sur le fond et la signification profonde, je my suis legerement attardée à l’instant et constate avec regrets que sa ne m’émeut pas plus que, d’ailleurs sa ne l’a jamais fait et je comprend pourquoi( je parle de la version en français)…on dirait qu’il parle d’une autre histoire. Il est certes en termes de mélodie l’un des plus beaux du monde…par contre la version anglaise est belle et pleine de sens……=D……. il me tarde de te relire…..

    Aimé par 1 personne

  8. Bon, en fait je ne sais que penser. J’ai eu la chance d’être dans une école bilingue dès le CP et une vraie école bilingue. J’ai donc découvert ces deux hymnes à l’âge de cinq ans. Mon esprit fort vif à l’école avait vite fait de remarquer la différence et de préférer la version anglaise. Maintenant, il est vrai que je n’avais jamais poussé la réflexion et je n’avais peut-être pas réalisé à quel point cela pouvait sembler graver. Et à lire ton post, je me posais quand même la question: est-ce si grave? Entendons nous bien, je suis d’accord avec ton analyse sur le fond mais je me rend aujourd’hui compte que mon éducation complètement bilingue a eu un impact différent sur moi. Je crois fondamentalement que le Cameroun est une belle association de deux cultures, deux modes de pensée et ces deux hymnes en sont le reflet réel. Anglophone et francophone, c’est deux façons différentes d’appréhender la vie, de voir le monde et de ce fait une appréciation très différente aussi de notre histoire et de la façon dont nous sommes arrivés là où nous sommes. J’estime avoir eu la chance d’être bercée par ses deux cultures et de voir les choses ainsi. Je m’estime camerounaise d’autant plus accomplie et j’en rends grâce à Dieu tout les jours. La réflexion de fond sur un hymne unique ne serait donc pas à mon sens juste d’en choisir l’un ou l’autre mais bien de s’asseoir ensemble et de repenser la signification que nous voyons tous anglophones ou francophones en sommes donc camerounais à l’essence de notre patrie qu’est censée traduire l’hymne national. Le résultat restera peut-être au final proche de l’une ou l’autre des versions ou sera une nouveauté complète mais cela demandera aussi que nous puissions nous regarder dans un miroir sans rien gomer et sans sublimer (le magnifique en Anglais sublime pas mal, il faut l’avouer…).
    En tout cas, perso j’attends les actions..I will be there dans la mesure du possible. Sur le fond, très bel article. Toujours agréable de constater la capacité d’un être à rester fidèle à ses convictions, ses ambitions au travers d’un simple écrit. Ton « A propos » se voit ici très bien mis en exergue. Mon amour des lettres m’a emporté pour le coup mais je pense que ton post en valait la peie. Merci pour ce moment de réflexion si gentiment offert.

    Aimé par 1 personne

  9. La découverte des versions de l’hymne ou des hymnes, je l’ai faite un peu de la même manière. Encore que chanter l’hymne en anglais au Collège quand on est d’expression française et adolescente…
    Bref, je suis d’avis que le Cameroun n’est pas divisé du fait de la profondeur de l’un et de la superficialité de l’autre *je parle d’hymne*.
    Je ne saurais dire avec certitude que si la version anglaise avait été traduite en français (bien entendu sans « mot-à-moter »), nous jeunes ou vieux camerounais aurions le sentiment d’unité. Avec 250 langues ou ethnies que sais-je, à quel niveau est l’unité? Ce n’est pas la question.

    Quoiqu’il en soit nous avons deux langues officielles, le Cameroun/Cameroon a besoin que tous comprennent une phrase de la même manière. Et je ne comprend pas LES hymnes de la même manière. Je frissonne plus en le chantant en anglais alors que quand on m’interdisait de tousser, parler, ou me gratter la gorge au CEPS; je le chantais en français.

    Merci Willam

    Aimé par 1 personne

  10. William, il est important de noter que la version en anglais utilisé ici n est que une de deux qui existent. L autre est un reflet vrai de la version française que tu connais. Ayant fait l école anglophone, j avais appris les deux.

    Je pourrais te passer les paroles de l autre au besoin.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s