Le désespoir de Sandrine

femme-africaine-tristeIl est plus de minuit à Yaoundé, Sandrine marche toute seule dans la rue sombre, sa démarche  mal assurée trahie un mal être, elle est sous le coup d’une douleur invisible. C’est une nuit de pleine lune et la canicule a déjà fait place à une brise fraiche qui joue avec la coiffure brésilienne de la jeune femme.  Du haut de son balcon Christ Tchoup rend hommage à la beauté de Sandrine d’un sifflet admiratif. Elle n’y a cure, ni le spectacle de la nuit, ni la senteur entêtante des fleurs, ni même la peur d’une mauvaise rencontre n’ont de prise sur la jeune femme de 31 ans. Son esprit est ailleurs, il est resté là-bas chez Emmanuel, d’ailleurs ses espoirs, ses certitudes et surtout ses repères y sont restés également. Dans sa tête tourne en boucle la scène qui s’est jouée une demie-heure plus tôt. Continuer la lecture de Le désespoir de Sandrine

Publicités